LA LECTIO DIVINA

20 août 2017 – 20e dimanche du temps ordinaire A

Matthieu 15, 21-28

 

1.     La lectio (proprement dite)…

 

Prière pour demander l’Eau Vive de la Lectio divina :

Ô Jésus ressuscité, voici ma cruche vide, vide, vide, encore aujourd’hui…  Par l’intercession de l’Esprit Saint et du Cœur Immaculé de Marie, merci de la remplir à ras bord de ton Eau Vive et de boucher toutes les fissures afin qu’il n’y ait pas de fuites par où ta grâce puisse s’échapper…  Amen!

 

Invocation à l’évangéliste du jour…

 

L’enchaînement des faits :

Jésus s’est retiré vers la région de Tyr et de Sidon.  Une Cananéenne venue de ces territoires, crie :  « Prends pitié de moi, Seigneur, fils de David!  Ma fille est tourmentée par un démon. »

 

La qualité de l’action :

Dans un premier temps, Jésus ne répond rien à la Cananéenne, si bien que les disciples sont « tannés » de l’entendre crier et ils demandent à Jésus de faire quelque chose.  Il objecte qu’il n’a été envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël.  La femme prosternée à ses pieds continue de crier et d’insister.  Jésus objecte encore :  « Il n’est pas bien de prendre le pain des enfants et de le jeter aux petits chiens. »  La femme rétorque que les petits chiens mangent les miettes sous la table.  Jésus est vaincu par la foi de cette femme et lui accorde ce qu’elle demande.  À l’heure même sa fille est guérie.

 

Selon Tassin et al., bravant le silence de l’un et l’agacement des autres, la Cananéenne vient jusqu’à Jésus, et l’évangéliste met sur ses lèvres une invocation de la liturgie chrétienne :  « Seigneur, viens à mon aide. » (v. 25).  La réponse équivaut à un refus blessant :  le Messie doit nourrir les enfants de Dieu, c’est-à-dire Israël, et non les chiens que sont les païens;  même adoucie en « petits chiens », l’expression a quelque chose de méprisant dans la bouche d’un Oriental.  Sans doute cette parole attribuée à Jésus au v. 26 servait-elle de slogan à des chrétiens juifs opposés à la mission auprès des païens (voir déjà Mt 7, 6).

 

Loin de s’offusquer, la Cananéenne confesse sa soumission :  dans l’ordre de l’histoire sainte, les enfants d’Israël ont la préséance, ils sont « les maîtres »;  elle, la païenne, ne demande que « les miettes » de ce mystère du choix de Dieu (v. 27).  Elle exprime donc la foi d’une vraie prosélyte en proclamant et le vrai Dieu, dont Jésus est l’envoyé, et le statut privilégié d’Israël, dont Jésus est le Messie;  et c’est bien ce dernier qu’elle a mis au centre de sa foi :  à deux reprises, elle a prononcé une prière toute chrétienne (cf. v. 22 et 24).  Jésus l’exauce donc à la mesure de la confiance qu’elle a placée en lui.  La conclusion (v. 28) se modèle sur celle de l’épisode du centurion (cf. 8, 13).

 

Les textes parallèles :

Gn 18, 22-33 :  Abraham intercède pour Sodome et Gomorrhe.

Ex 30, 11-14 :  Moïse intercède pour les Israélites qui se sont corrompus en adorant le veau d’or.

I Jn 4, 5-6 :  Le monde des ténèbres selon la pensée de saint Jean.

Lc 18, 1-8 :  Évangile de la veuve importune.

Mt 18, 6 :  Celui qui est un scandale, une occasion de chute, pour un seul de ces petits qui croient en moi, il est préférable pour lui qu’on lui accroche au cou une de ces meules que tournent les ânes, et qu’il soit englouti en pleine mer.

 

2.     La méditatio (la ruminatio)…

 

Les valeurs permanentes :

Une foi à toute épreuve!

Jésus est vaincu par la foi de la Cananéenne.

 

Ma phrase clé :

Mais il ne lui répondit pas un mot.

 

Ce que le Seigneur me dit :

« Insiste auprès de moi dans ta prière. »

 

3.     L’oratio…

 

Exclamation ou louange au Père, ou étonnement, admiration, etc. :

Loué sois-tu ô Père qui bénis la foi de ceux et celles qui croient fermement en toi et qui te prient avec insistance jusqu’à ce qu’ils soient exaucés.  C’est ainsi que tu cèdes devant la prière incessante de ton serviteur Abraham (Gn 18, 22-33).  Ainsi de la prière de Moïse qui implore ta pitié pour les Israélites qui se sont corrompus en adorant le veau d’or (Ex 30, 11-14).  Aujourd’hui encore, si tu trouvais une multitude de personnes tenaces qui intercèdent auprès de toi sans se lasser, notre monde ne retrouverait-il pas le droit chemin et ne marcherait-il pas dans tes voies?  Ta Parole d’aujourd’hui, ô Père, m’incite à te prier sans cesse pour le monde en déroute, celui dont parle saint Jean (I Jn 4, 5-6).  Est-il vrai que ce monde-là jusqu’à la fin se tiendra loin de toi?  Ô Père, écouteras-tu la prière de tes intercesseurs?

 

Mémoire de Jésus Christ :

Ô Père, toi qui ne résistes pas à la prière incessante de tes enfants (Lc 18, 1-8), comment ton Fils bien-aimé saurait-il résister devant l’imploration réitérée de qui ose même passer outre les convenances?  N’est-ce pas ce qui se passe dans l’Évangile d’aujourd’hui?  Même si dans un premier temps, notre Sauveur ne répond rien devant la prière de la Cananéenne, sur son insistance et sa conviction de foi, il se laisse fléchir, il change son plan et finit par répondre à sa prière.  Alors qu’il n’avait pas cédé devant ses disciples qui lui demandaient de donner satisfaction à cette femme qui ne cessait de crier afin d’être entendue, c’est finalement elle qui a eu raison de toutes les hésitations de notre Sauveur!  En voyant la foi de la Cananéenne, puissé-je moi aussi crier pour notre peuple afin que tous et toutes reviennent vers toi comme au début de la fondation.

 

Imploration à l’Esprit Saint… en posant mon regard sur Jésus :

Ô Jésus, toi qui ne cesses de m’enseigner, par ton Esprit Saint, apprends-moi à prier dans une conviction de foi telle que je ne cesse d’insister auprès de toi jusqu’à ce que tu m’aies exaucée.

 

Aujourd’hui, ô bon Pasteur, tu es vaincu par la foi de la Cananéenne qui n’est pas une femme de la maison d’Israël mais une païenne.  En ruminant cet Évangile, j’apprends que je ne sais pas encore prier avec une telle conviction de foi qu’a cette femme pourtant païenne!  Tu mets dans mon cœur de ne jamais me décourager si dans un premier temps ton silence semble vouloir dire que tu n’entends pas ma prière ou que tu ne veux pas m’exaucer.  J’apprends dans ta Parole d’aujourd’hui que je ne connaissais pas encore ton Cœur infiniment compatissant qui ne peut résister à qui te prie avec une telle foi que celle de la Cananéenne!

 

Supplication… eu égard à ce que le Seigneur me dit suite à ma phrase clé :

« Insiste auprès de moi dans ta prière. » 


Ô Jésus, mon Sauveur, aujourd’hui tu m’invites à ne pas me replier sur moi lorsque tu sembles ne pas répondre à ma prière.  Si comme pour la Cananéenne aujourd’hui je te prie pour une ou des personnes chères, j’ai toutes les raisons de croire que tu sauras bien m’exaucer.  Ses cris font en sorte qu’elle ameute même la foule des disciples qui, pris de dépit, se joignent à sa prière.  Ô Jésus, Cœur de miséricorde, daigne mettre dans mon cœur la profonde conviction de foi de la Cananéenne!

 

Doxologie :

Ô Père bien-aimé, par l’intercession de Jésus Sauveur, daigne exaucer ma prière on ne peut plus insistante, lui qui règne avec toi dans l’unité du Saint-Esprit pour les siècles des siècles.  Amen.

 

4.     La contemplatio…

 

Sitôt après mon repas du midi, j’entre en adoration de Jésus qui vit en moi.  Pendant 45 mi. au moins, je me repose en lui.  Je le laisse transfigurer mon cœur afin que ma foi en lui me garde dans la paix du cœur et de l’esprit avec la certitude d’être exaucée le moment venu.

 

5.     L’actio…

 

Par la puissante grâce de l’Esprit Saint, je présente à Jésus les personnes qui me sont recommandées et surtout notre Québec où ma foi a pris racine dans une paroisse et une famille très ferventes.  Je crois que Jésus, lorsqu’il semble faire la sourde oreille, ne fait qu’éprouver ma foi.  D’où aujourd’hui je continue de lui adresser les mêmes prières que je lui adresse depuis longtemps pour des personnes chères et aussi pour notre Québec en mal de vivre.

 

Je poursuis Jésus de mes cris!  Je fais comme sainte Monique qui a prié pour son fils Augustin pendant 20 ans.  Devant ma persévérance, Jésus ne se laissera-t-il pas toucher?  Je ne peux le croire.  Dans la certitude de ma foi, je continue de prier jusqu’à ce qu’il m’exauce!

 

Combien de personnes blessées ont perdu la foi à cause de l’attitude de certains chrétiens, voire de certains prêtres qui ont trahi leur vocation, voire leur baptême!  Mon 4e vœu m’invite à prier pour eux tous afin que Jésus bon Pasteur nous enferme tous et toutes dans sa miséricorde infinie, y compris les prêtres qui ont failli!

 

En bref :  l’actualisation de ma phrase clé…

 

Je m’approprie ma phrase clé du jour afin que ma vie en soit transformée en Jésus, Parole du Père :

 

Mais il ne lui répondit pas un mot. (Mt 15, 23). 


Lorsque Jésus semble ne pas répondre à ma prière, je persévère en haussant le ton comme la Cananéenne, car je sais qu’il éprouve parfois ma foi, mais qu’il entend et répondra le moment venu.

 

Par l’intercession de Maman Marie et de tous les saints particulièrement du saint curé d’Ars, j’abandonne à Jésus dans la prière, toutes les personnes blessées, qui ont connu le scandale dénoncé par Jésus (Mt 18, 6) et qui ont perdu la foi.  Je prie pour les prêtres et autres qui ont été cause du scandale des petits.

 

J’insiste auprès du Seigneur pour notre Québec afin qu’il retrouve ses racines profondément ancrées dans la foi au Christ, notre Sauveur!

Commentaires et Témoignages