LA LECTIO DIVINA

24 août 2017 – Saint Barthélemy

Jean 1, 45-51

 

1.     La lectio (proprement dite)… 


Prière pour demander l’Eau Vive de la Lectio divina :

Ô Jésus ressuscité, voici ma cruche vide, vide, vide, encore aujourd’hui…  Par l’intercession de l’Esprit Saint et du Cœur Immaculé de Marie, merci de la remplir à ras bord de ton Eau Vive et de boucher toutes les fissures afin qu’il n’y ait pas de fuites par où ta grâce puisse s’échapper…  Amen!

 

Invocation à l’évangéliste et au saint du jour…

 

L’enchaînement des faits :

Philippe qui rencontre Nathanaël lui présente Jésus.

 

La qualité de l’action :

Jésus en voyant Nathanaël lui déclare :  « Voici un véritable fils d’Israël, un homme qui ne sait pas mentir. »  Jésus ajoute :  « Avant que Philippe te parle, quand tu étais sous le figuier, je t’ai vu. »  Nathanaël est conquis.  Il croit que Jésus est le Fils de Dieu, le roi d’Israël!  Jésus lui dit que c’était peu de chose sur quoi s’appuyer pour croire, mais qu’il verra des choses plus grandes encore.  Et il ajoute :  « Amen, amen, je vous le dis :  vous verrez les cieux ouverts, avec les anges de Dieu qui montent et descendent au-dessus du Fils de l’homme. »

N.B - Saint Barthélemy que nous fêtons en ce jour serait le Nathanaël dont il est question dans cet Évangile.

 

Selon la Bible des Peuples, Jésus a reconnu Nathanaël quand il était sous le figuier.  C’était alors une façon de parler d’un maître de la Loi en train d’enseigner ses ouailles, car ils le faisaient souvent sous un arbre feuillu comme le figuier.  De la même manière Jésus a reconnu Simon, que le Père a choisi pour être la première pierre de l’Église (Mt 16, 13).

Vous verrez le ciel ouvert… Voir Gn 28, 12.  Jésus est le pont entre Dieu et les hommes.  C’est à partir de lui que Dieu communique à l’humanité ses richesses.

 

Les textes parallèles :

Ps 138, 13-16 :  Dieu me voyait dans le sein de ma mère.

Ps 138, 9-10 :  Je prends les ailes de l'aurore et me pose au-delà des mers :  même là, ta main me conduit, ta main droite me saisit.

Dt 32, 10;  ps 16, 8 :  Dieu notre Père prend soin de nous comme de la prunelle de son œil.

Gn 18, 1-15 :  Dieu se manifeste à Abraham près de la tente de la rencontre.

Jn 4, 1-30 :  La rencontre de Jésus avec la Samaritaine.

Jn 14, 6 :  Jésus est la voie, la vérité et la vie.

Jn 15, 15 :  Je ne vous appelle plus serviteurs.  Je vous appelle mes amis.

 

2.     La méditatio (la ruminatio)…

 

Les valeurs permanentes :

Croire en Jésus le Fils de Dieu.  Se laisser attirer par lui.

Dieu accomplit toutes ses promesses.

Croire en la promesse qu’il nous fait de nous conduire au Père et à la Trinité toute entière.

Croire en la promesse qu’il nous fait de nous conduire au ciel où nous le verrons avec les élus et les anges de Dieu.

Ma phrase clé :

« Je te dis que je t’ai vu sous le figuier et c’est pour cela que tu crois!  Tu verras des choses plus grandes encore. »

 

Ce que le Seigneur me dit :

« Je te dis que si tu crois, tu verras la gloire de Dieu! »

 

3.     L’oratio…

 

Exclamation ou louange au Père, ou étonnement, admiration, etc. :

Ô Père dont l’amour est révélation, de toute éternité tu sais tout, tu vois tout et tu nous aimes avant même la création du monde.  Dans ta prescience infinie, tu avais concocté un plan d’amour inimaginable pour faire connaître ton amour et ta bonté sans mesure!  Les personnes que tu crées à ton image et à ta ressemblance sont l’objet de ton amour.  C’est à ces personnes que tu livres tes secrets en les appelant à vivre dans ton intimité et ta félicité éternelles.  C’est ainsi qu’avant même ma naissance, tu me voyais dans le sein de ma mère et tu me couvrais de ton amour sans bornes (Ps 138, 13-16).  Sur les genoux de maman, je n’avais pas deux ans quand j’ai appris à prononcer ton doux nom.  Je suis née au bord de la mer, même là ta main m’a conduite, ta main droite posée sur moi m’a saisie (v. 9 et 10).  Ô Père adoré, comment douter de ton amour, toi qui prends soin de moi comme de la prunelle de ton œil (Dt 32, 10;  ps 16, 8)?  Comment répondre à ton amour :  « Me voici, ô Père, daigne accomplir en moi tes volontés d’amour infini, toi qui m’aimes tant! »

 

Mémoire de Jésus Christ :

Ô Père infiniment amoureux de nous, toi qui es venu vers Abraham près de la tente de la rencontre (Gn 18, 1-15), tu ne cesses de créer des situations où nous pouvons te rencontrer afin de découvrir ton amour sans bornes.  Dans l’Évangile de ce jour, c’est Philippe qui rencontre Nathanaël (Barthélemy, le saint du jour) et le présente à Jésus.  Dès cette première rencontre, Nathanaël reconnaît en Jésus ton Fils bien-aimé, ton envoyé!  Dans la liturgie du jour nous voyons qu’il a suivi ton Fils jusque dans la Vie éternelle.  En peu de mots Jésus conquiert les cœurs qui sont à sa recherche, à la recherche de la vérité.  Il en fut ainsi de la Samaritaine (Jn 4, 1-30) et de tant d’autres.  Ils reconnaissent en ton Fils celui qui est la voie, la vérité et la vie (Jn 14, 6), celui qui nous conduit à toi.  Alors que de telles rencontres semblent le fait du hasard, nous constatons que tout était déjà bien préparé à l’avance dans ton plan d’amour.  Jésus ne dit-il pas à Nathanaël :  « Avant que Philippe te parle quand tu étais sous le figuier, je t’ai vu »? (v. 48).  Il n’y a donc pas de hasard, depuis toujours nous sommes dans le cœur de ton divin Fils, nous sommes aussi dans ton cœur de Père et tu nous attends au cœur de nos allées et venues pour nous manifester ton amour et te révéler à nous qui sommes des chercheurs de ta lumière et de ton salut.  Merci ô Père adoré de te manifester sans cesse à moi par ton divin Fils qui est ma lumière et mon salut!

 

Imploration à l’Esprit Saint… en posant mon regard sur Jésus :

Seigneur Jésus toi qui me connais dès avant ma naissance, daigne par ton Esprit Saint, me révéler le sens profond de l’Évangile de ce jour où il est question de la rencontre avec toi, une rencontre qui bouleverse ton interlocuteur au point de le conquérir.

 

Ô Cœur plein de tendresse, tu es venu me révéler la tendresse du Père, de sorte que lorsque je communie à toi, je ne peux me détacher du regard du Père qui s’est posé sur moi dès avant ma naissance.  Je ne t’ai jamais vu.  Je n’ai jamais vu notre Père adoré, mais par la grâce de mon baptême dans ta mort et ta résurrection, je crois en toi.  Je crois en notre Père.  Je crois en votre Esprit d’amour qui chaque jour me trace le chemin vers toi, mon salut et ma paix.  Ô Trinité adorable, par Jésus qui vient vers moi à chaque Eucharistie, établissez en moi votre demeure jusqu’au moment de la demeure éternelle où je serai en vous pour toujours!

Supplication… eu égard à ce que le Seigneur me dit suite à ma phrase clé :

« Je te dis que si tu crois, tu verras la gloire de Dieu! » 


Ô Jésus, en 1973, tu es venu frapper à ma porte par ton Esprit de Pentecôte répandu à travers le monde sous la mouvance du Renouveau charismatique.  À plein cœur nous avons chanté tant de fois :  « Je te dis que si tu crois, tu verras la gloire de Dieu! » que ce chant s’est imprimé profondément dans mon cœur et j’ai la certitude que la foi nous ouvre des chemins inconnus à la découverte de ta miséricorde infinie.  Dans ma famille et parmi mes proches, j’ai vu des Nicodème, des Samaritaine, venir à toi et ne plus se détourner de ton regard amoureux.  Renouvelle pour notre monde la rencontre avec toi qui transformera le cœur et la vie de tous les chercheurs de Dieu en notre temps.

 

Doxologie :

Ô Père bien-aimé, par Jésus qui est l’Amour même, daigne exaucer ma prière et celle de l’Église, lui qui règne avec toi dans l’unité du Saint-Esprit pour les siècles des siècles.  Amen.

 

4.     La contemplatio…

 

Sitôt après mon repas du midi, j’entre en adoration de Jésus qui vit en moi.  Pendant 45 mi. au moins, je me repose en lui.  Je le laisse me regarder, je me laisse aimer par lui qui me montre le Père qui a posé sur moi son regard dès avant ma naissance.

 

5.     L’actio…

 

Par la puissante grâce de l’Esprit Saint, je me laisse habiter par Jésus qui me connaît et me conduit au Père dans l’unité de leur Esprit d’amour sans bornes!

 

La rencontre avec Jésus est au cœur de l’Évangile du jour.  C’est pourquoi Jésus m’ayant subjuguée je ne peux escamoter mes rencontres de chaque jour avec lui :  l’Eucharistie, l’Office du temps présent, la Lectio divina suivie de l’adoration quotidienne, les visites au Saint-Sacrement, le chapelet, les lectures appropriées, la rencontre de Jésus dans mes sœurs.

 

Aujourd’hui Jésus se révèle à Nathanaël et il lui dit qu’il verra des choses plus grandes encore.  N’est-il pas dit dans l’Écriture  qu’il révèle à ses amis tous ses secrets (Jn 15, 15)?  Son plus grand secret, n’est-ce pas l’amour infini du Père posé sur nous dès avant notre naissance?  C’est pour ça qu’il est venu, pour nous conduire au Père.  En méditant l’Évangile de ce jour, je fais mon signe de croix et j’adore la Trinité toute entière.  Je demande à Jésus de se révéler à tous les enfants du Père.

 

Aujourd’hui c’est Philippe qui appelle Nathanaël à venir vers Jésus.  Je saisis toutes les occasions d’appeler des sœurs et frères à venir vers Jésus.  Par le moyen des courriels et de l’Internet, je diffuse nos conférences de récollections,  de nos retraites, la Parole de Dieu (Lectio divina), etc.

 

En bref :  l’actualisation de ma phrase clé…


Je m’approprie ma phrase clé du jour afin que ma vie en soit transformée en Jésus, Parole du Père :

« Je te dis que je t’ai vu sous le figuier et c’est pour cela que tu crois!  Tu verras des choses plus grandes encore. » (Jn 1, 50).

 

Avec les yeux de la foi, je vois Jésus qui me montre le Père.  Qu’y a-t-il de plus grand que son amour et sa grâce?  Je me prosterne et j’adore la Trinité toute entière.  Je crois au salut éternel.  J’y crois pour moi et les autres que j’appelle…

Commentaires et Témoignages