LA LECTIO DIVINA

28 avril 2017 – Vendredi de la 2e semaine de Pâques A

Jean 6, 1-15

 

1.     La lectio (proprement dite)…

 

Prière pour demander l’Eau Vive de la Lectio divina :

Ô Jésus ressuscité, voici ma cruche vide, vide, vide, encore aujourd’hui…  Par l’intercession de l’Esprit Saint et du Cœur Immaculé de Marie, merci de la remplir à ras bord de ton Eau Vive et de boucher toutes les fissures afin qu’il n’y ait pas de fuites par où ta grâce puisse s’échapper…  Amen!

 

– Invocation à l’évangéliste du jour

 

L’enchaînement des faits :

Jésus est passé de l’autre côté du lac de Tibériade.  Une grande foule le suit car elle a vu les signes qu’il accomplissait en guérissant les malades.  Jésus gagne la montagne et là, il s’assit avec les disciples.  C’était un peu avant la Pâque qui est la grande fête des Juifs.  Il lève les yeux et voit une grande foule qui vient à lui.

 

La qualité de l’action :

La foule subjuguée par les signes que Jésus fait ne le quitte plus.  Un peu avant la Pâque qui est la grande fête des Juifs, au lieu de renvoyer les gens, Jésus s’informe à Philippe où on pourrait acheter du pain pour que tous puissent manger.  Philippe se montre impuissant devant une telle question.  André, le frère de Simon-Pierre dit :  « Il y a là un jeune garçon qui a cinq pains d’orge et deux poissons, mais qu’est-ce que cela pour tant de monde! »  C’est là que Jésus intervient.  Il fait d’abord asseoir la foule.  Il bénit les pains et après avoir rendu grâce, les leur distribue;  il leur donne aussi du poisson autant qu’ils en veulent.  Puis quand tous sont rassasiés, il demande de ramasser les morceaux qui restent afin que rien ne se perde.  Ils remplissent douze paniers avec les morceaux qui restent du repas.  À la vue des signes que Jésus fait on veut le prendre de force pour le faire roi, mais lui se retire tout seul dans la montagne.

 

Selon Tassin et al., ce récit est le seul miracle raconté par les quatre évangélistes.  Il est très vraisemblable que Jean avait sous les yeux une tradition très ancienne, parallèle à celle des synoptiques, avec en particulier la séquence :  multiplication des pains, traversée du lac, confession de Pierre (voir Mc 8).  Mais il lui a imprimé sa marque personnelle.

Dès le départ, le récit se centre sur Jésus.  Il est le personnage qui mène tout :  il voit la foule, il interroge Philippe en sachant ce qu’il va faire.  Il ordonne de faire asseoir.  Il garde l’initiative même pour la distribution des pains.  Toujours conduit par son savoir, « sachant qu’ils allaient le faire roi » (v. 15), il se retire seul dans la montagne.

De ce premier récit, retenons que très habilement Jean superpose trois moments différents :  le temps de l’Exode où a commencé l’aventure d’Israël, la rencontre historique avec Jésus, qui forme la trame du récit, et le temps de l’Église.  Cela doit vouloir dire qu’à travers ces trois situations historiques différentes, une même question radicale demeure :  comment croire en Dieu dans le désert (la manne)? à travers l’incarnation (Jésus)? dans l’Église (eucharistie)?

L’objectif de Jésus dans Jean est moins de manifester sa compassion pour la foule sans nourriture que de dévoiler sa véritable identité :  pour cela Jean a relégué à l’arrière-plan les disciples pour centrer tout son récit sur la personnalité puissante de Jésus qui conduit les événements et les interprète.  Le récit se termine par un échec, mais la suite du récit tentera de faire réussir la révélation en creusant la symbolique du pain déjà présente dans le signe.  On apprendra alors que celui qui donnait le pain était lui-même pain pour les hommes.

 

Les textes parallèles :

Ps 144, 15-16 :  À tout ce qui vit tu donnes sa nourriture.

Is 43, 1-2 :  Chaque personne est aimée, chaque personne est voulue de Dieu.

Jn 6, 26 :  Vous me cherchez non parce que vous avez vu des signes mais parce que vous avez mangé à satiété.

Mc 8, 18 :  Vous ne vous rappelez pas?

Dt 32, 10;  Ps 16, 8 :  Dieu prend soin de nous comme de la prunelle de son œil.

 

2.     La méditatio (la ruminatio)…

 

Les valeurs permanentes :

Jésus a pitié de la foule qui le suit.

Il compte sur nous pour participer à son œuvre.

Le signe qu’il accomplit fait connaître son identité.

Jésus donne le pain matériel et la vie éternelle.

Jésus ne confirme pas le désir des Juifs de le faire roi, un roi qui les délivrerait du pouvoir romain.

 

Ma phrase clé :

Jésus prit les pains et après avoir rendu grâce, il les distribua aux convives;  il leur donna aussi du poisson, autant qu’ils en voulaient.

 

Ce que le Seigneur me dit :

« Je veux te rassasier de mon amour et de ma bonté. »

 

3.     L’oratio…

 

Exclamation ou louange au Père, ou étonnement, admiration, etc. :

Ô mon Papa adoré, sois béni pour la vie et pour l’abondance de nourriture que tu nous donnes.  À tout ce qui vit tu donnes sa nourriture (Ps 144, 15-16).  C’est pour nous un signe de ton amour.  Et s’il y a des pauvres parmi nous, c’est que nous ne continuons pas ton œuvre.  Chaque personne est le fruit de l’une de tes pensées.  Chaque personne est aimée, chaque personne est voulue de toi qui nous as créés pour la vie et un bonheur éternel (Is 43, 1-2).  Je suis aimée et voulue de toi!  Tu m’attires vers toi afin que je trouve en toi mon bonheur et ma vie!

 

Mémoire de Jésus Christ :

Parce que tu nous veux vivants, ô Père adoré, tu nous envoies ton divin Fils qui nous manifeste ta bonté.  Dans l’Évangile du jour, Il ne peut laisser ton peuple s’épuiser alors que la foule l’a suivi pour l’écouter et n’a pas mangé.  Il multiplie en ton Nom pour eux tous le pain en surabondance et c’est gratuit.  Mais cela ne suffit pas, il va jusqu’à se donner lui-même en nourriture.  C’est pour nous tous un signe de votre amour envers nous.  Cependant nous oublions vite ton amour sans bornes et ta générosité.  C’est mon cas à moi aussi, car pourquoi est-ce que je doute toujours de l’avenir à cause de notre vieillissement et des ressources qui diminuent?

 

Imploration à l’Esprit Saint… en posant mon regard sur Jésus :

Ô si compatissant Jésus, par ton Esprit Saint, daigne m’enseigner ce que tu veux me dire ce matin à moi personnellement?  Quel est ton message pour moi aujourd’hui et surtout comment je peux en vivre?

 

Je vois dans ton Évangile que le peuple que tu as nourri de pain matériel te cherche, si bien que tu diras :  « …Vous me cherchez non parce que vous avez vu des signes, mais parce que vous avez mangé du pain et vous avez été rassasiés » (Jn 6, 26).  C’est donc, ô Jésus, que tu veux que je dépasse la nourriture matérielle pour découvrir qui tu es;…  pour découvrir jusqu’à quel point tu nous aimes gratuitement jusqu’à te donner à nous dans ton Eucharistie car tu veux que nous vivions par toi d’une vie qui ne finit pas.  Tu veux que je vive éternellement en toi et par toi.

 

Malgré mon incertitude devant tout ce qui se dessine à l’horizon, tu me demandes de te faire confiance parce que tu es prêt à me manifester ton amour sans bornes par des signes visibles.  Ô Jésus, daigne augmenter ma foi et ma confiance, de sorte qu’une paix inaltérable s’installe en mon cœur et y demeure à jamais.

 

Supplication… eu égard à ce que le Seigneur me dit suite à ma phrase clé :

« Je veux te rassasier de mon amour et de ma bonté. » 


Ô Jésus, Pain de ma vie, tu veux me rassasier de ton amour et de ta bonté sans mesure!  J’en ai vu moi aussi des signes dans ma vie, mais face à l’avenir incertain, c’est comme si j’oubliais tout ce dont j’ai été témoin.  Daigne dilater mon cœur, afin que ma confiance en toi devienne inébranlable.  Les disciples eux aussi oublieront le signe que tu viens de leur donner et tu leur reprocheras leur manque de foi (Mc 8, 18).  Ô Jésus, augmente ma foi en toi de sorte que ce ne soit pas mon cas.  Que je me rappelle ton grand amour et ta bonté sans mesure!  Que rien ne vienne altérer ma confiance en toi qui m’est si présent dans toutes les situations de ma vie ici-bas!

 

Doxologie :

Ô Père, par Jésus ton bien-aimé je te demande d’exaucer ma prière, lui qui vit et règne avec toi dans l’unité du Saint-Esprit pour les siècles des siècles.  Amen.

 

4.     La contemplatio…

 

Sitôt après mon repas du midi, j’entre en adoration de Jésus vivant en moi.  Pendant 45 mi. au moins, je me repose en lui.  Je le laisse posséder mon cœur afin que son amour sans bornes et ses faveurs sans mesure me soient sans cesse rappelés.

 

5.     L’actio…

 

Par la puissante grâce de l’Esprit Saint, je me rappelle les actes de puissance de Jésus dans ma vie et je lui fais confiance pour l’avenir.

 

Chaque fois que j’ai entrepris quelque chose en son Nom, Jésus est venu confirmer ma foi.  Ainsi pour la catéchèse au Centre pour jeunes filles en difficulté.  Il a même multiplié les Chantons en Église parce que l’on ne voulait pas nous procurer le matériel pour chanter.

 

Présentement, nous ne manquons pas de prêtres pour célébrer l’Eucharistie alors que tant de paroisses n’en ont pas.  L’Eucharistie tous les jours dans la maison chez nous n’est pas le moindre signe de son amour!

 

Avec la grâce toute puissante de Dieu, je fais confiance pour l’avenir.  Je fais confiance, car quoi qu’il advienne je suis entre ses mains et son amour m’enveloppe et me fait vivre!

 

Ainsi je continue de vivre en intimité avec Jésus par la prière et la réception des sacrements, et je continue de m’impliquer dans le ministère de réconciliation qu’il me confie.  Je me nourris de la Parole et je la diffuse autant que possible.  C’est tout ce qu’il me demande.

 

 

En bref :  l’actualisation de ma phrase clé…

 

Je m’approprie ma phrase clé du jour afin que ma vie en soit transformée en Jésus, Parole du Père :

 

Jésus prit les pains et après avoir rendu grâce, il les distribua aux convives;  il leur donna aussi du poisson, autant qu’ils en voulaient. (Jn 6, 11). 


Aujourd’hui Jésus ressuscité multiplie les pains pour une foule affamée.  À moi aussi il a donné et il continue de donner des signes.  Aussi, par sa grâce toute-puissante, je lui fais confiance pour l’avenir de la Congrégation et mon propre avenir.  Je ne voudrais pas qu’il me dise comme aux disciples :  « Tu ne te rappelles pas? » (Mc 8, 18)

 

Le passé ne serait-il pas garant de l’avenir?  Mon Dieu aurait-il cessé d’être miséricordieux envers nous toutes comme envers moi?  Forte de la conviction qu’il nous a toujours à l’œil (Dt 32, 10;  16, 8) et qu’il nous aime sans mesure, je continue de m’engager dans la mission qu’il me confie.  J’espère tout de la grâce de mon envoi.  Je me remets entre ses mains et je remets aussi mon avenir entre ses mains car il ne sait que me combler sans mesure!

Commentaires et Témoignages