LA LECTIO DIVINA

26 juin 2017 – Lundi de la 12e semaine du temps ordinaire A

Matthieu 7, 1-5

 

1.     La lectio (proprement dite)…

 

Prière pour demander l’Eau Vive de la Lectio divina :

Ô Jésus ressuscité, voici ma cruche vide, vide, vide, encore aujourd’hui…  Par l’intercession de l’Esprit Saint et du Cœur Immaculé de Marie, merci de la remplir à ras bord de ton Eau Vive et de boucher toutes les fissures afin qu’il n’y ait pas de fuites par où ta grâce puisse s’échapper…  Amen!

 

– Invocation à l’évangéliste du jour

 

L’enchaînement des faits :

Comme les disciples se sont rassemblés autour de Jésus sur la montagne, il continue son enseignement.

 

La qualité de l’action :

Jésus demande à ses disciples de ne pas juger pour ne pas être jugés.  Le jugement que nous portons contre une autre personne sera aussi porté contre nous.  Dieu se servira pour nous de la mesure dont nous nous servons pour les autres.  Et Jésus de dire :  « Quoi!  tu regardes la paille dans l’œil de ton frère;  et la poutre qui est dans ton œil, tu ne la remarques pas?  Ou encore :  Comment vas-tu dire à ton frère :  “Laisse-moi enlever la paille de ton œil”, alors qu’il y a une poutre dans ton œil à toi?  Hypocrite!  Enlève d’abord la poutre de ton œil;  alors tu verras clair pour enlever la paille qui est dans l’œil de ton frère. »

 

Selon la Bible des Peuples, sans doute Jésus a-t-il prononcé ces paroles dans le même sens de celles qu’on lit en 5, 43.  Très habituellement ceux qui se considèrent comme le parti des bons ou le groupe des convertis, jugent ou critiquent ceux qui sont de l’autre bord.  C’est là une forme d’orgueil que les auteurs spirituels appellent le « défaut des commençants ».  Elle est tellement inscrite dans la nature humaine que bien des « justes » de la Bible exprimaient leur réprobation des « pécheurs » qui n’observent pas la loi de Dieu.  Et la nouvelle loi nous dit au contraire de ne pas nous croire supérieurs ou nous faire juges de ceux qui vont – ou que Dieu mène – par un chemin différent du nôtre.

Ne jugez pas.  Si, il faut juger ou discerner;  il faut former sa conscience et porter la lumière là où le mal se commet dans l’indifférence générale (Ep 5, 11).  Il faut avoir le courage de dénoncer même lorsque cela risque de nous faire mal voir.  Mais ici il faudrait traduire :  « Ne vous faites pas juges »;  n’ayez pas une attitude de juges si vous n’avez pas autorité et mission pour juger.

Jésus nous révèle l’unité profonde de tous et de tout en Dieu.  Dès que nous barrons le passage à la miséricorde, nous nous laissons retomber du monde de Dieu, et c’est nous qui la perdons.

 

Selon Tassin et al., on doit opérer un juste discernement vis-à-vis des événements et des personnes, ce qui ne veut pas dire que l’on doive juger la personne.

 

Les textes parallèles :

Jon 3;  Lc 11, 32 :  La conversion des habitants de Ninive.

Lc 23, 43 : :  Jésus dit au bon larron :  Aujourd’hui même tu seras avec moi dans le Paradis.

Lc 23, 34 :  Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font.

Lc 22, 61-62 :  Le regard de Jésus sur Pierre après son reniement.

Ac 10, 34-35 :  Dieu ne fait pas acception de personne.

 

2.     La méditatio (la ruminatio)…

 

Les valeurs permanentes :

Ne pas juger pour ne pas être jugés.

Me regarder avant de regarder les autres et de les juger.

 

Ma phrase clé :

« De la mesure dont vous mesurez, on vous mesurera. »

 

Ce que le Seigneur me dit :

« La mesure dont tu te sers pour les autres servira aussi pour toi. »

 

3.     L’oratio…

 

Exclamation ou louange au Père, ou étonnement, admiration, etc. :

Béni sois-tu, ô Père infiniment miséricordieux qui n’as de cesse de nous pardonner lorsque nous nous tournons vers toi de tout notre cœur!  Dans le Premier Testament, il en est ainsi de toute une ville, la ville de Ninive qui s’est convertie à la prédication de Jonas (Jon 3;  Lc 11, 32).  Ce que tu me demandes aujourd’hui, c’est la conversion du cœur afin que je ne sois pas jugée, car la mesure dont je me sers pour les autres servira aussi pour moi.  D’où il est urgent que j’exerce la miséricorde inscrite dans le charisme de miséricorde de la religieuse de Notre-Dame de Charité du Bon-Pasteur.  J’ai donc double raisons d’être miséricordieuse :  et comme baptisée et comme religieuse.

 

Mémoire de Jésus Christ :

Ô Père, tu nous a tant aimés que tu nous as envoyé ton Fils unique qui ne vient pas pour juger le monde mais pour le sauver.  C’est pourquoi, ô Père juste et saint, ton Fils nous enseigne à ne pas juger pour ne pas être jugés.  Alors que nous intentons des procès, lui au lieu de condamner il pardonne et libère.  Sur la croix, il accorde son pardon au bon larron qui pourtant est considéré comme un voleur (Lc 23, 43).  Il ne regarde que ses intentions et sa bonne volonté.  Il pardonne même à ses bourreaux qui l’ont crucifié (Lc 23, 34).  En ce qui me concerne, lorsque je viens vers lui en reconnaissant mes péchés, il me pardonne toujours et qui plus est, il me relève ainsi que toi, Père infiniment miséricordieux!  Mais tout ne s’arrête pas ici.  À mon tour tu m’invites à être miséricordieuse comme tu l’es pour moi.

 

Imploration à l’Esprit Saint… en posant mon regard sur Jésus :

Seigneur Jésus, par ton Esprit Saint, fais-moi comprendre comment je peux vivre ton Évangile d’aujourd’hui qui me demande de ne pas juger et d’être miséricordieuse envers les autres.

 

Ô Jésus infiniment miséricordieux, tu me dis aujourd’hui que la mesure dont je me sers pour les autres servira aussi pour moi.  Chaque jour j’ai des progrès à faire, car la miséricorde n’est pas épuisée du seul fait que j’ai posé des actes de miséricorde, je dois devenir miséricorde et pardon comme toi-même tu l’es pour moi.  D’ailleurs comment pourrais-je prétendre exercer mon vœu de zèle si les personnes avec qui je vis et que je côtoie ne se sentent pas aimées?  Le zèle, n’est-ce pas le feu de l’amour, un amour éclairé qui ne fait pas de zèle à outrance?  Autrement dit, qui ne fait pas de zèle à contretemps ou à partir de jugements de valeur.  Tu m’invites à poser sur l’autre un regard plein d’amour et de tendresse comme celui que tu as posé sur Pierre après son reniement (Lc 22, 61-62).  Ô Jésus, que mon regard sur l’autre se modèle à ton regard miséricordieux.

 

Supplication… eu égard à ce que le Seigneur me dit suite à ma phrase clé :

« La mesure dont tu te sers pour les autres servira aussi pour toi. »

Ô Jésus, c’est parce que je me sens infiniment aimée de toi que je peux répondre à l’invitation que tu me fais aujourd’hui :  pas de jugements de valeur sur les personnes mais un amour qui appelle à la vie, la vie en toi qui nous aimes sans mesure!  Ô Jésus, que ton amour invincible me rende consciente dans quelle mesure tu nous aimes tous sans exception.  Tu ne fais pas acception de personne (Ac 10, 34-35).  Ô Jésus miséricordieux, je te demande de verser dans mon cœur une mesure pleine d’amour et de miséricorde pour toute personne car toute personne est mon frère ou ma sœur en toi qui nous as acquis la filiation divine.  Donne-moi de me comporter en enfant de lumière!

 

Doxologie :

Ô Père adoré, toi qui comme Jésus prends toujours parti pour les faibles, donne-moi comme lui de ne juger personne, lui qui règne avec toi dans l’unité du Saint-Esprit pour les siècles des siècles.  Amen.

 

4.     La contemplatio…

 

Sitôt après mon repas du midi, j’entre en adoration de Jésus qui m’habite.  Pendant 45 mi. au moins, je me repose en lui.  Je le laisse posséder mon cœur afin que je devienne miséricordieuse pour les autres et que je les aide à se relever comme Jésus lui-même le fait pour moi.

 

5.     L’actio…

 

Par la puissante grâce de l’Esprit Saint, je me laisse interpeller afin d’apprendre la miséricorde du Cœur de Jésus.  En regardant Jésus suite au reniement de Pierre, j’apprends de lui à aimer sans mesure!  Avec la grâce de l’Esprit Saint, je pose sur toutes mes sœurs un regard de miséricorde.  Et avec la grâce de l’Esprit Saint toujours, je ne garde pas rancune et je demande à Jésus de nous bénir, car c’est lui qui guérit...

 

Je n’interviens pas pour des peccadilles qui se réfèrent à mes propres lois comme par exemple la propreté à outrance, la démarche pour l’Office ou autres.  J’accepte que les autres soient différentes de moi et voient les choses différemment là où il n’y a aucun critère moral qui soit en cause.

 

Dans ma façon d’intervenir s’il y a lieu, je n’y vais pas comme si j’avais la science infuse.  Je prends le temps de questionner délicatement afin de vérifier comment l’autre voit les choses, comment elle se situe face à la situation qui m’interroge.

 

J’interviens comme j’aimerais qu’on intervienne envers moi si je suis dans l’erreur.  C’est en regardant comment Jésus est envers moi et les autres que je peux me situer après avoir demandé sa lumière.

 

En bref :  l’actualisation de ma phrase clé…

 

Je m’approprie ma phrase clé du jour afin que ma vie en soit transformée en Jésus, Parole du Père : 


« De la mesure dont vous mesurez, on vous mesurera. » (Mt 7, 2).

 

Jésus, lui, m’aime sans mesure!  Avec sa grâce, j’apprends à aimer avec son Cœur de miséricorde.  C’est le programme de toute une vie à l’école de Jésus.  Je le contemple avec Pierre, Marie Madeleine, le bon larron, Lévi, Zachée, etc., etc.

L’histoire de chacune, chacun de ces convertis, n’est-elle mon histoire à moi aussi?

Je demande à Jésus de mettre dans mon cœur une pleine mesure d’amour en accomplissement de mon 4e vœu!

Commentaires et Témoignages