LA LECTIO DIVINA

18 août 2017 – Vendredi de la 19e semaine du temps ordinaire A

Matthieu 19, 3-12

 

1.     La lectio (proprement dite)…

 

Prière pour demander l’Eau Vive de la Lectio divina :

Ô Jésus ressuscité, voici ma cruche vide, vide, vide, encore aujourd’hui…  Par l’intercession de l’Esprit Saint et du Cœur Immaculé de Marie, merci de la remplir à ras bord de ton Eau Vive et de boucher toutes les fissures afin qu’il n’y ait pas de fuites par où ta grâce puisse s’échapper…  Amen!

 

Invocation à l’évangéliste du jour…

 

L’enchaînement des faits :

Des pharisiens s’approchent de Jésus pour le mettre à l’épreuve et lui demandent s’il est permis de renvoyer sa femme pour n’importe quel motif.

 

La qualité de l’action :

Jésus réaffirme l’indissolubilité du mariage face aux pharisiens qui le mettent à l’épreuve.  Il mentionne que si Moïse avait permis le renvoi de sa femme, c’est en raison de leur endurcissement de cœur qu’il avait fait cette concession.  Si quelqu’un renvoie sa femme, sauf en cas d’union illégitime, il est adultère, dit-il.

Ses disciples lui disent :  « Si telle est la situation de l’homme par rapport à sa femme, mieux vaut ne pas se marier. »  Jésus leur répond :  « Tous ne comprennent pas cette parole, mais seulement ceux à qui cela est donné.  Il y a des gens qui ne se marient pas car, de naissance, ils en sont incapables;  il y en a qui ne peuvent pas se marier car ils ont été mutilés par les hommes;  il y en a qui ont choisi de ne pas se marier à cause du royaume des Cieux.  Celui qui peut comprendre, qu’il comprenne! »

 

Selon la Bible des Peuples, Jésus dit :  Au commencement;  c’est une façon de désigner le projet de Dieu créateur sur le couple.  Jésus s’adresse à ceux qui demandent à Dieu le sens, aussi bien de l’amour que de leur engagement.

Ils ne sont plus deux.  Cette re-création des conjoints ne s’est pas faite sans Dieu, mais bien plutôt comme un fruit de l’alliance qui les unissait à Dieu :  ils l’avaient acceptée et elle était sans retour.  Quelle que soit la pratique commune, il n’y a pas de peuple de Dieu sans la vision du mariage indissoluble.  Cette « loi de Dieu », cependant, ne sera comprise que de ceux qui ont reçu de Jésus l’Esprit, ce que souligne la réaction des disciples.

Comme d’habitude, Jésus ne s’excuse pas de ses paroles si exigeantes;  au contraire il reprend au vol la plainte des disciples pour leur révéler une autre vocation plus difficile à comprendre.

 

Les textes parallèles :

Mc 9, 23 :  Tout es possible à celui qui croit.

Lc 9, 59-62 :  Si je veux m’engager à la suite de Jésus, je ne dois pas regarder en arrière.

Jn 6, 29 :  L’œuvre de Dieu, c’est de croire en celui qu’il a envoyé.

Mt 18, 1-3 :  Si vous ne redevenez pas comme des enfants, vous n’entrerez pas dans le Royaume des cieux.

 

2.     La méditatio (la ruminatio)…

 

Les valeurs permanentes :

Au commencement Dieu les a créés homme et femme.

Indissolubilité du mariage.

Fidélité dans le mariage.

La fidélité dans la suite de Jésus.

Ce n’est pas tout le monde qui peut comprendre le mystère de l’alliance entre l’homme et la femme ni le mystère de l’alliance entre Dieu et les êtres humains.

 

Ma phrase clé :

« Il y en a qui ont choisi de ne pas se marier à cause du royaume des Cieux. »

 

Ce que le Seigneur me dit :

« C’est à cause du Royaume des cieux que tu as choisi de ne pas te marier. »

 

3.     L’oratio…

 

Exclamation ou louange au Père, ou étonnement, admiration, etc. :

Ô Père adoré, dans ton amour infini, tu as voulu faire Alliance avec l’humanité, de sorte que toute personne fidèle à ton Alliance puisse participer à ton bonheur et à ta gloire infinis.  C’est un don gratuit qui ne peut être apprécié à sa juste valeur que dans l’amour et la fidélité à l’Alliance.  Et ce n’est que dans l’éternité bienheureuse que nous pourrons mieux saisir le don de ton Amour sans bornes et de notre « oui » à cet amour qui nous donne la vie, voire la Vie éternelle.  Pour naître en toi, il faut le don de ton Amour.  Pour naître à la vie humaine, il faut aussi le don de l’amour d’un père et d’une mère.  C’est pourquoi l’homme et la femme unis dans le mariage ne font plus qu’un.  Mais chaque personne est appelée à vivre l’Alliance selon ton appel, soit à la vie consacrée, soit à la vie donnée dans le mariage ou autrement.  Merci ô Père adoré de m’avoir appelée à te consacrer ma vie dans la Congrégation de Notre-Dame de Charité du Bon-Pasteur.  Je t’ai dit « oui, me voici! »  Je te renouvelle mon « oui » encore aujourd’hui.

 

Mémoire de Jésus Christ :

Ô Père, tu as créé l’humanité dans un Amour qui rend libre.  Dans la fidélité à l’Alliance, rien n’est imposé, mais toute grâce donnée est reçue, et pour grandir dans la foi, et pour la construction du Corps du Christ qui est l’Église.  Voilà pourquoi, toi qui le premier t’engages, tu t’attends à ce que nous répondions à ton amour et à ta fidélité par notre amour et notre fidélité.  Ce que Jésus nous dit aujourd’hui est bien difficile à vivre.  En fait, sans ta grâce et la puissance de ton Esprit, c’est impossible de rester fidèles à ton Alliance, tant dans le mariage que dans la vie consacrée ou autrement.  Mais si nous avons la foi, rien ne nous sera impossible, puisque tout est possible à celui qui met sa foi en toi et en ton Fils bien-aimé (Mc 9, 23).

 

Imploration à l’Esprit Saint… en posant mon regard sur Jésus :

Seigneur Jésus bon Pasteur, par ton Esprit Saint, daigne me faire comprendre ce que tout le monde ne peut comprendre dans ton Évangile de ce jour.

 

Ô Jésus, tu nous dis aujourd’hui que si l’homme et la femme ont choisi de se marier, leur union scellée dans l’Alliance avec Dieu notre Père est indissoluble.  N’est-ce pas la même chose quand tu appelles une personne à la prêtrise, ou encore à la vie religieuse?  Si nous avons dit « oui », nous nous sommes engagés à vivre l’Alliance selon ton appel.  Tu nous dis encore dans ton Évangile que celui qui veut te suivre, s’il regarde en arrière, n’est pas digne du Royaume (Lc 9, 59-62).  Si nous voulons nous engager à ta suite, il nous faut laisser les morts enterrer leurs morts.  Et si je mets la main à la charrue et que je regarde en arrière, je ne suis pas faite pour le Royaume de Dieu.  Il me semble que ton enseignement est assez clair!  Quel que soit mon état de vie, si je me suis engagée à ta suite, je ne dois pas regarder en arrière.  Daigne me faire cette grâce de ne jamais regarder en arrière.  Fais-moi plutôt la grâce de regarder en avant car c’est vraiment toi et uniquement toi qui peux me tracer le chemin jusqu’au Père, pour parvenir avec toi jusqu’en Vie éternelle.

 

Supplication… eu égard à ce que le Seigneur me dit suite à ma phrase clé :

« C’est à cause du Royaume des cieux que tu as choisi de ne pas te marier. » 


Ô Jésus, mon tendre Époux, c’est pour répondre à ton appel que j’ai dit « oui » et que j’ai choisi de m’engager à ta suite selon ton appel.  J’ai refusé l’amour humain qui s’offrait à moi pour aller jusqu’au bout de cet appel que j’ai entendu dans mon cœur à l’adolescence.  Oui, c’est quand j’ai commencé à saisir jusqu’à quel point tu m’aimais personnellement que j’ai voulu répondre à ton amour sans bornes!  Je peux aujourd’hui avouer que je n’ai jamais, ô non jamais, jamais rien regretté à ta suite car ton amour me prévient sans cesse.  La communauté qui m’a accueillie a été pour moi une famille marquée de ton Sceau, une famille qui va à la recherche de la 100e brebis.  C’est pourquoi je ne rejette pas la croix quand elle se présente à moi.  Je me confie en toi qui me donnes toujours la force de la porter.  Ô Jésus bon Pasteur, c’est dans la foi que je te redis mon « oui ».  Daigne signer ma foi et me sanctifier par ton Esprit pour qu’en union avec toi, je sois une offrande agréable au Père, pour sa plus grande gloire et la tienne!

 

Doxologie :

Ô Père, toi qui as posé ta main sur moi, par Jésus ton bien-aimé, daigne exaucer ma prière, lui qui règne avec toi dans l’unité du Saint-Esprit pour les siècles des siècles.  Amen.

 

4.     La contemplatio…

 

Sitôt après mon repas du midi, j’entre en adoration de Jésus qui vit en moi.  Pendant 45 mi. au moins, je me repose en lui.  Je lui redis mon « oui » dans l’amour, la foi et l’abandon, comptant uniquement sur sa grâce pour accomplir jusqu’au bout ce qu’il me demande.

 

5.     L’actio…

 

Sur l’appel de Jésus, j’ai choisi de ne pas me marier mais de le suivre, à cause du Royaume des cieux.  Qu’est-ce à dire?

 

Je ne saurais jamais suivre Jésus sans me réserver du temps chaque jour avec lui dans la prière et l’adoration.  C’est dans la prière et l’adoration qu’encore aujourd’hui il me montre chaque jour le chemin.  Ce n’est pas le chemin le plus facile.  Par exemple, sa Parole me convoque à mettre mes pas dans ses pas dès mon réveil.  Marcher, même si mes os craquent, c’est marcher dans ses pas pour aller à la recherche de la 100e brebis.

 

Dire un « oui » ferme à toute souffrance physique ou autre, lorsque l’humidité me traverse les os même durant l’Eucharistie du matin.  S’il est un moment où je peux tout offrir au Père en union avec Jésus, c’est bien à l’Eucharistie.  Ne pas oublier que lui aussi a eu mal sur la croix.  Il a encore mal aujourd’hui à travers toutes les personnes qui souffrent.  Je lui offre tout avec amour pour notre salut, pour que l’amour fasse place à la haine dans le monde.  Cela ne veut pas dire que je suis masochiste.  Je fais tout ce que je peux pour garder ma santé en vue de l’évangélisation…

 

Dans la foi, je renonce au fait de voir le résultat de mon travail apostolique.  Le Seigneur seul peut en mesurer la profondeur et les fruits.  Je lui demande seulement de persévérer dans la foi assurée que si je crois en Jésus, c’est lui qui réalise les œuvres.  Ne me dit-il pas que l’œuvre de Dieu, c’est de croire en celui que le Père a envoyé? (Jn 6, 29).

 

Accomplir dans la foi au jour le jour ce que Jésus me demande, c’est là ma réponse à son appel.  Mais ce qui est encore plus important pour moi, c’est de demeurer avec lui de cœur et d’esprit dans tout ce que je vis, ce que je fais.  Demeurer avec lui sans regarder en arrière mais en avant, car Jésus me précède et ne me suit pas.  C’est en posant mes yeux sur lui que je peux avancer…

En bref :  l’actualisation de ma phrase clé…

 

Je m’approprie ma phrase clé du jour afin que ma vie en soit transformée en Jésus, Parole du Père :

 

« Il y en a qui ont choisi de ne pas se marier à cause du royaume des Cieux. »(Mt 19, 12). 


Ceux et celles qui ont choisi de se marier peuvent voir en quelque sorte le fruit de leur fécondité humaine à travers leurs enfants.

 

Pour moi qui ai choisi de suivre Jésus dans la congrégation de Notre-Dame de Charité du Bon-Pasteur ayant fait un 4e

vœu de zèle pour le salut de mes sœurs et frères, je dois renoncer à voir ma fécondité apostolique.  Seul Jésus en connaît la valeur et peut en témoigner devant son Père. 


Quand les disciples demandent à Jésus qui est le plus grand dans le Royaume des cieux, il les appelle à devenir comme de petits enfants (Mt 18, 1-3).  Pourquoi?  N’est-ce pas parce que le petit enfant est en totale dépendance de ses parents.  Ainsi, sans me poser d’autres questions, j’essaie seulement d’accomplir de tout mon cœur la volonté de notre Père qui m’aime infiniment.


Commentaires et Témoignages