LA LECTIO DIVINA

29 avril 2017 – Sainte Catherine de Sienne

Jean 6, 16-21

 

1.     La lectio (proprement dite)…

 

Prière pour demander l’Eau Vive de la Lectio divina :

Ô Jésus ressuscité, voici ma cruche vide, vide, vide, encore aujourd’hui…  Par l’intercession de l’Esprit Saint et du Cœur Immaculé de Marie, merci de la remplir à ras bord de ton Eau Vive et de boucher toutes les fissures afin qu’il n’y ait pas de fuites par où ta grâce puisse s’échapper…  Amen!

 

– Invocation à l’évangéliste et à la sainte du jour

 

L’enchaînement des faits :

Après la multiplication des pains, le soir venu les disciples de Jésus descendent au bord du lac.  Il s’embarquent pour gagner Capharnaüm, sur l’autre rive.  Déjà il fait nuit et Jésus ne les a pas encore rejoints.  Un grand vent se met à souffler et le lac devient houleux.  Les disciples ont ramé pendant cinq mille mètres environ, lorsqu’ils voient Jésus qui marche sur la mer et se rapproche de la barque.  Ils sont saisis de crainte.

 

La qualité de l’action :

Jésus marche sur la mer.  Les disciples qui s’approchent de lui en barque, en le voyant sont saisis de crainte, mais il leur dit :  « C’est moi.  N’ayez plus peur. »  Les disciples veulent le prendre dans la barque, mais aussitôt, la barque atteint le rivage à l’endroit où ils se rendaient.

 

Selon les Évangiles, traduction et commentaire, ce miracle se prête chez Jean à une interprétation symbolique.  L’inquiétude des disciples abandonnés sur le lac alors qu’il fait nuit et que souffle la tempête (vv. 17. 18) figure la situation des hommes ou des chrétiens que le Christ n’a pas rejoints (v. 17).  La venue de Jésus, sa présence met fin à l’angoisse du chrétien et de l’homme (v. 20);  en trouvant Jésus, l’homme atteint le but où il cherchait désespérément à aller (v. 21).

 

Les textes parallèles :

Ex 3, 6 :  Moïse se cache le visage de peur de rencontrer le regard de Dieu dans le buisson.

Lc 1, 30 :  Ne crains pas, Marie!  Tu as trouvé grâce auprès de Dieu.

Lc 5, 8 :  Éloigne-toi de moi, Seigneur, car je suis un pécheur!

Lc 2, 14 :  Paix sur terre aux hommes que Dieu aime.

Mt 11, 29 :  Prenez sur vous mon joug… et vous trouverez le repos pour vous-mêmes.

 

2.     La méditatio (la ruminatio)…

 

Les valeurs permanentes :

Jésus se rapproche des disciples qui rament par un grand vent.  Lui il marche sur la mer.

Jésus rassure les disciples qui ont peur.

 

Ma phrase clé :

« C’est moi.  N’ayez plus peur. »

 

Ce que le Seigneur me dit :

« C’est moi.  N’aie plus peur. »

 

3.     L’oratio…

 

Exclamation ou louange au Père, ou étonnement, admiration, etc. :

Ô mon Papa adoré, dans le Premier Testament, personne ne pouvait te voir sans mourir.  Moïse à qui tu as parlé est saisi de crainte lorsqu’il aperçoit la flamme au milieu du buisson.  Il se cache le visage de peur de rencontrer ton regard (Ex 3, 6).  C’est que l’écart entre toi, le Dieu trois fois saint, et nous qui sommes pécheurs est si grand que la crainte nous envahit lorsque tu t’approches de nous.  C’est ce qui m’arrive à moi aussi qui ai toujours besoin d’être rassurée.  Aussi, dans ta bonté infinie, tu me rassures sans cesse!

 

Mémoire de Jésus Christ :

La peur nous tient.  C’est pourquoi ô Père bien-aimé, tu nous envoie le Prince de la Paix en personne!  Lorsque Marie a peur à l’annonce de l’ange qui vient lui annoncer qu’elle sera mère de Jésus, il la rassure en ton nom (Lc 1, 30).  Chaque fois qu’une manifestation divine se présente à nous, la crainte nous envahit.  Pierre, l’audacieux, le costaud, à la vue des 153 poissons qui se sont pris dans le filet que Jésus lui a ordonné de jeter à la mer, est saisi de crainte et il s’écrie :  « Éloigne-toi de moi Seigneur, je suis un pécheur » (Lc 5, 8).  Quant à nous qui vivons une crise mondiale à cause du Djihajisme qui envahit la planète, nous avons besoin d’être rassurés.  Voyant tous les chrétiens qui meurent pour leur foi, nous avons besoin d’être rassurés.  Saisis par la violence et la guerre qui font rage, nous avons besoin d’être rassurés.  Tandis que le virus Ebola n’est pas contrôlable, nous avons besoin d’être rassurés.  Au vu et au su des prêtres pédophiles, nous avons besoin d’être rassurés.  Et que dire des enfants soldats, de la traite des femmes et des enfants, etc., etc?  Que ton Fils bien-aimé vienne nous redire au milieu de la mer orageuse qui nous agite :  « N’ayez crainte, je suis là, n’ayez pas peur. »

 

Imploration à l’Esprit Saint… en posant mon regard sur Jésus :

Ô Cœur amoureux de Jésus, par ton Esprit Saint, fais-moi voir concrètement comment la Parole d’aujourd’hui peut s’actualiser dans ma vie.

 

Seigneur Jésus, tu es la paix.  Tu es le Prince de la paix en personne!  Et dès ta naissance, tu apportes la paix de Dieu à tous ses enfants qu’il aime (Lc 2, 14).  D’ailleurs tu nous dis toi-même :  « Prenez sur vous mon joug et laissez-moi vous instruire, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos pour vous-mêmes » (Mt 11, 29).  Ce qui veut dire que qui veut trouver la paix doit recourir à toi, doit se laisser instruire par toi, le Prince de la paix.  Tu nous avertis cependant que tu ne nous donnes pas la paix à la manière du monde.  C’est en accomplissant la volonté de notre Père bien-aimé comme toi-même tu l’as fait, que nous trouverons le repos pour nos âmes.  La douceur et l’humilité sont source de paix.  C’est toi-même qui nous le dis et c’est ce que tu me rappelles sans cesse!  Ô mon doux Sauveur, mets dans mon cœur inquiet une pleine mesure de douceur et de paix qui viennent de toi qui es mort mais qui ressuscité, es bien vivant et agissant au milieu de nous.

 

Supplication… eu égard à ce que le Seigneur me dit suite à ma phrase clé :

« C’est moi.  N’aie plus peur. » 


Ô divin Pasteur, viens à notre secours!  Nous vivons aujourd’hui cette tempête qui rend fous de peur les disciples dans ton Évangile d’aujourd’hui.  Montre-nous à l’évidence que tu peux faire pour nous ce que tu as fait ce jour-là pour tes disciples apeurés!  Daigne rassurer ton peuple et le fortifier face à tous les dangers qui menacent présentement l’humanité en quête de paix.  Que notre foi en toi se fortifie dans l’épreuve, car jamais tu ne saurais nous abandonner.  Jamais tu ne saurais nous laisser seuls devant notre déroute.

Doxologie :

Ô Père bien-aimé, je te demande d’exaucer ma prière.  Je te le demande par Jésus ressuscité qui ne cesse de nous pacifier, lui qui vit et règne avec toi dans l’unité du Saint-Esprit pour les siècles des siècles.  Amen.

 

4.     La contemplatio…

 

Sitôt après mon repas du midi, j’entre en adoration de Jésus vivant en moi.  Pendant 45 mi. au moins, je me repose en lui.  Je le laisse pacifier mon cœur qui chaque jour est aux prises avec les menaces de mort qui affectent notre monde dans son combat contre les ténèbres.

 

5.     L’actio…

 

Par la puissante grâce de l’Esprit Saint, je crois que Jésus Christ intervient toujours à son heure.  Au cours des siècles, il envoie au bon moment, en situation de crise, des prophètes qui nous aident à retrouver le chemin de la paix :  par ex. un saint François d’Assise, un Jean XXIII, une Teresa de Calcutta, etc., etc.  Même si Satan est déchaîné, Jésus est ressuscité et il a tout en main!

 

Dans la prière, je trouve la paix en Jésus ressuscité qui ne saurait nous quitter et je la transmets autour de moi car tant qu’il y aura des chrétiens croyants et aimants sur la terre, le mal n’aura jamais le dernier mot!

 

À l’Eucharistie et à l’Office, nous prions pour l’Église et le monde.  En raison de mon 4e vœu de zèle pour le salut des personnes, j’offre ma vie avec Jésus pour notre salut à tous et à toutes.

 

Lorsque je prie mon chapelet, je prie pour notre monde en mal de vivre.

 

Tout au cours de l’histoire de l’humanité, il y a eu des guerres qui n’étaient pas des guerres saintes.  À Fatima, Notre-Dame est venue nous rappeler l’urgence de la pénitence et de la conversion.  Voilà un message qui est on ne peut plus d’actualité!

 

Notre pape François nous dit qu’il nous faut vaincre la mondialisation de l’indifférence.  Mais comment?  Nous ne pouvons pas nous sauver tout seuls!  Nous avons besoin d’un cœur fort, solide, fermé au tentateur, mais ouvert à Dieu.  Un cœur qui se laisse pénétrer par l’Esprit et porter sur les voies de l’amour qui conduisent à nos frères et à nos sœurs (Message du pape François pour le carême 2015).  Que nos nombreux martyrs d’aujourd’hui qui sont ouverts à Dieu fassent reculer nos ténèbres et notre indifférence!  Personnellement je m’engage par la prière et mon amour au quotidien, en comptant sur la miséricorde de notre Sauveur.

 

En bref :  l’actualisation de ma phrase clé…

 

Je m’approprie ma phrase clé du jour afin que ma vie en soit transformée en Jésus, Parole du Père :

 

« C’est moi.  N’ayez plus peur. » (Jn 6, 20). 


La tempête dont il est question dans l’Évangile du jour, c’est la tempête que traverse le monde et même l’Église en ce moment.  Les journaux sont remplis de nouvelles déroutantes, de quoi faire basculer ceux et celles même qui ont la foi.

 

Ma certitude, c’est que comme dans l’Évangile d’aujourd’hui Jésus vient vers nous, il nous est toujours présent et il intervient à son heure.

Commentaires et Témoignages