LA LECTIO DIVINA

24 avril 2017 – Lundi de la 2e semaine de Pâques A

Jean 3, 1-8

 

1.     La lectio (proprement dite)…

 

Prière pour demander l’Eau Vive de la Lectio divina :

Ô Jésus ressuscité, voici ma cruche vide, vide, vide, encore aujourd’hui…  Par l’intercession de l’Esprit Saint et du Cœur Immaculé de Marie, merci de la remplir à ras bord de ton Eau Vive et de boucher toutes les fissures afin qu’il n’y ait pas de fuites par où ta grâce puisse s’échapper…  Amen!

 

– Invocation à l’évangéliste du jour

 

L’enchaînement des faits :

Nicodème, un pharisien qui est un notable parmi les Juifs vient trouver Jésus durant la nuit.

 

Selon Tassin et al., la nuit est un temps mystérieux qui permet à celui qui a peur de se dissimuler, mais c’est surtout le temps privilégié pour méditer sur le mystère de Dieu.

 

La qualité de l’action :

D’entrée de jeu, Nicodème dit à Jésus qu’il ne pourrait pas faire les signes qu’il fait, s’il ne venait pas de Dieu.  Alors Jésus l’invite à renaître pour voir le règne de Dieu, mais il ne comprend pas.  Pour lui renaître c’est rentrer dans le sein de sa mère une seconde fois.  Jésus lui explique qu’il lui faut naître de l’eau et de l’Esprit parce que ce qui est né de la chair est chair et ce qui est né de l’Esprit est Esprit.  Il apporte l’image du vent qui souffle où il veut, dont on entend le bruit sans savoir d’où il vient.  Et il ajoute :  « Il en est ainsi pour qui est né du souffle de l’Esprit. »

 

Toujours selon Tassin et al., Nicodème place Jésus dans la série des messagers de Dieu dans l’histoire du salut.  Nicodème se situait sur le plan du savoir, Jésus lui propose une nouvelle naissance :  « tu voulais connaître, je te propose de renaître ».

Les synoptiques parlent de « devenir comme des enfants » (Mt 18, 3), ce qui souligne l’appel à la conversion.  Chez Jean le « comme » a disparu :  il faut « devenir des enfants », c’est-à-dire renaître.  Cela n’est possible que dans l’Esprit.  L’acteur unique, c’est Dieu, à l’œuvre dans son Esprit.

Nicodème est sympathisant du groupe chrétien, la suite de l’évangile le confirme;  peut-être même devient-il croyant plus tard.

 

Les textes parallèles :

Gn 17, 1-8 :  Abram devient Abraham.

Jn 2, 23 :  Les signes que Jésus accomplit.

I Co 13,1 :  Sans la charité, je suis comme un airain sonnant.

Mt 5, 4 :  Heureux ceux qui pleurent, ils seront consolés.

 

2.     La méditatio (la ruminatio)…

 

Les valeurs permanentes :

La vie en Dieu :  une nouvelle naissance!

Accueillir l’Esprit Saint et se laisser conduire par lui dans une vie totalement nouvelle.

 

Ma phrase clé :

« Personne à moins de naître de l’eau et de l’Esprit, ne peut entrer dans le royaume de Dieu. »

Ce que le Seigneur me dit :

« Accueille le don de mon Esprit et tu renaîtras. »

 

3.     L’oratio…

 

Exclamation ou louange au Père, ou étonnement, admiration, etc. :

Béni sois-tu ô Père, toi qui fais toutes choses nouvelles par ton Esprit Saint, le Dieu des surprises!  Ainsi dans la vie des croyants, tu donnes des noms nouveaux qui signifient une mission nouvelle (Abram devient Abraham :  Gn 17, 1-8).  Et dès que quelqu’un s’ouvre à toi, tu le transformes à ton image.  Ainsi il devient une créature nouvelle.  Ce matin, c’est ce que tu me demandes :  m’ouvrir davantage à l’Esprit Saint pour devenir une personne nouvelle.

 

Mémoire de Jésus Christ :

Ô Père, la plus grande nouveauté, c’est Jésus lui-même qui s’incarne parmi nous et nous fait passer d’une vie naturelle à une vie nouvelle, à une vie surnaturelle.  C’est pourquoi ô Père bien-aimé, Jésus que tu as envoyé vers nous, ne cesse de nous ouvrir à la nouveauté de la vie en toi.  Le schéma traditionnel des pharisiens est révolu avec Jésus qui veut faire avec nous une Alliance nouvelle en son Sang!  Ainsi naît son Église de son cœur transpercé et nous qui sommes de son Église, nous avons été baptisés dans l’eau et l’Esprit.  Moi qui ai été baptisée, tu veux que j’écoute ton Esprit Saint, l’Esprit de Jésus, qui seul peut me faire passer à une vie nouvelle.  N’est-ce pas ce que tu m’enseignes aujourd’hui?

 

Imploration à l’Esprit Saint… en posant mon regard sur Jésus :

Ô Jésus, par ton Esprit Saint, enseigne-moi comment je peux passer à cette vie nouvelle dont tu parles à Nicodème?  Comment dans ma vie de tous les jours je peux accueillir la nouveauté et les surprises de ton Esprit Saint?

 

Ô toi qui es engendré du Père, quelle nouveauté lorsque tu t’incarnes parmi nous!  Alors qu’avant ta venue on ne pouvait voir la face de Dieu sans mourir, tous tes contemporains ont pu te voir sans mourir.  Mais tous n’ont pas compris qui tu es!  Heureux, heureuses cependant ceux et celles qui ont compris ton message et ont accepté de mourir à la Loi ancienne pour accepter la nouvelle qui est une Loi d’amour qui renverse bien des préjugés.  Jusque là c’était œil pour œil, dent pour dent.  Depuis ta venue, c’est le pardon sans condition sinon on ne peut entrer dans la vie nouvelle que tu nous proposes.  Renaître de l’Esprit, cela veut donc dire aimer et pardonner sans condition!  Quelle nouveauté pour les hommes de Loi de ton temps et quelle nouveauté pour nous aussi aujourd’hui!!!  Voilà ce que tu recommandes à Nicodème qui ne comprend pas encore qu’il lui faut passer de la Première Alliance à la nouvelle Alliance.  Et comment comprendrait-il puisque sans toi il ne pouvait comprendre?  N’est-ce pas toi qui nous fais passer de la première Alliance désormais révolue, à la Nouvelle en toi qui es Vie et qui nous donnes la Vie, voire la Vie éternelle?

 

Aujourd’hui encore Seigneur Jésus, tu m’invites à faire « taboula rasa » de tous mes préjugés.  La personne que j’ai côtoyée hier n’est peut-être plus celle que je rencontre aujourd’hui même si elle a la même figure et le même nom.  Je ne suis pas assez consciente de ce que l’Esprit Saint fait dans les autres et en moi, à ma prière et à celle de toute l’Église.  Ô Jésus, viens m’ouvrir à ta lumière et à la nouveauté de la révolution de l’amour en toi et par toi!

 

Supplication… eu égard à ce que le Seigneur me dit suite à ma phrase clé :

« Accueille le don de mon Esprit et tu renaîtras. »

 

Ô mon adoré Jésus, les médias m’incitent à voir les mauvais côtés des personnes et des choses qui font les manchettes.  Toi, tu me dis que ton Royaume est comme du levain dans la pâte, on ne le voit pas, mais on en voit les signes (Jn 2, 23)…  Seigneur Jésus, donne-moi de renaître dans l’Esprit.  Donne-moi des lunettes neuves qui m’ouvrent sur la lumière de l’Esprit, pour voir mes sœurs dès le matin avec un cœur neuf!  Donne-moi des yeux neufs pour regarder et bien voir ta présence au milieu de nous.  Donne-moi d’espérer encore et encore et de ne jamais désespérer de qui que ce soit ni même de moi.  Si je veux vraiment que ma sœur change, n’est-ce pas moi que tu appelles à changer mon regard sur elle et ainsi se voyant aimée, se voyant valorisée, naîtra peut-être en elle le désir de changer.  Le contraire n’y peut rien.  Oui, donne-moi tes yeux ô Jésus.

 

Doxologie :

Ô Père bien-aimé, je te demande d’exaucer ma prière et de me transformer par ton Esprit Saint selon ce que Jésus ressuscité me propose, lui qui règne avec toi dans l’unité du Saint-Esprit pour les siècles des siècles.  Amen.

 

4.     La contemplatio…

 

Sitôt après mon repas du midi, j’entre en adoration de Jésus vivant en moi.  Pendant 45 mi. au moins, je me repose en lui.  Je le laisse habiter mon cœur afin que je renaisse de son Esprit et que dans cette vie nouvelle je ne sois qu’amour et pardon;  je ne sois que bénédiction!

 

5.     L’actio…

 

Par la puissante grâce de l’Esprit Saint, je laisse Jésus me faire renaître de l’Esprit afin que je voie toute personne et toute chose en lui, comme lui les voit.

 

Quand un événement douloureux survient et que je ne peux surmonter ma peine, je prie afin de renaître de l’Esprit, mais je prends aussi des moyens humains pour objectiver et garder la paix :  voir notre animatrice ou un prêtre qui serait disponible.  Si j’ai besoin d’un pardon, je reçois le sacrement de réconciliation.  Ainsi mon espérance en la vie et en la résurrection me garde dans la paix.

 

Quand je suis dans la peine à cause d’une personne ou d’une consœur, je demeure discrète face à mes sœurs sur ce que je vis afin de garder la charité sans quoi je suis comme un airain sonnant, une cymbale retentissante (I Co 13, 1).  Je ne suis pas objective dans mes propos.  C’est en contemplant Jésus qui est mort mais est ressuscité et qui me donne son Esprit que la paix m’est donnée.  Jésus ne me dit-il pas :  « Heureux ceux qui pleurent, ils seront consolés? » (Mt 5, 4).

 

Je ne me tiens pas à distance d’aucune sœur.  Je continue de voir Jésus dans l’autre quelle que soit sa condition.  Je bénis celles qui m’éprouvent.

 

En bref :  l’actualisation de ma phrase clé…

 

Je m’approprie ma phrase clé du jour afin que ma vie en soit transformée en Jésus, Parole du Père :

 

« Personne à moins de naître de l’eau et de l’Esprit, ne peut entrer dans le royaume de Dieu. » (Jn 3, 3). 


Jésus ressuscité me demande aujourd’hui de renaître de l’Esprit afin de pouvoir voir le règne de Dieu au milieu de nous.  C’est quelque chose que je ne peux faire par mes propres forces humaines, même si je m’efforce.  Tout au plus pourrais-je juger selon mes attraits naturels.  C’est pourquoi je le prie de me faire renaître de l’Esprit, mais je prends aussi des moyens humains pour que mon discernement se fasse dans l’Esprit et que je devienne une personne nouvelle mue par l’Esprit de Jésus ressuscité.

Commentaires et Témoignages